Download Albert Einstein, la vie et l'oeuvre : subtil est le seigneur by Abraham Pais PDF

By Abraham Pais

Show description

Read Online or Download Albert Einstein, la vie et l'oeuvre : subtil est le seigneur PDF

Similar french books

Le grand livre du sucre

Journey a travel encense et decrie, celebre comme medicament puis reconnu comme nourriture, le sucre n a cesse de susciter des controverses avant de devenir indissociable de notre alimentation et de notre plaisir. .. celui de l. a. gourmandise. - Au fil du temps, sa riche histoire, narree de l. a. plus haute Antiquite jusqu au tournant XXI e siecle, s est confondue avec celle des hommes.

Extra info for Albert Einstein, la vie et l'oeuvre : subtil est le seigneur

Sample text

Lettre XII (29) à L. Meyer ; II, 42. Léon Brunschvicg — Spinoza et ses contemporains 52 parties qu’elle peut à son gré ajouter les unes aux autres, et comme il est impossible d’assigner une limite à l’addition mutuelle de ces parties, elle en conclut que l’étendue est infinie. Ainsi se substitue à la conception intellectuelle et vraie de l’infini une conception purement imaginaire. De cette confusion naissent les absurdités où se débat la pensée vulgaire et dont elle ne sort qu’au prix d’absurdités plus grandes encore : en effet, dès que l’étendue infinie est conçue comme divisible, elle est mesurée par le nombre de ces parties, et ce nombre est nécessairement infini ; or, si l’unité de mesure est doublée ou triplée, le nombre des parties est deux fois ou trois fois moindre, et n’en demeure pas moins infini ; ou bien, si une ligne se déplace d’un mouvement continu, comme par exemple la ligne qui joint les circonférences de deux cercles non concentriques, les différentes grandeurs n’en peuvent pas être mesurées par un nombre déterminé ; elles seront donc infinies, et cependant elles sont comprises entre un minimum et un maximum qui sont, eux, nettement déterminés 161 .

Il serait donc impossible à une même intelligence de les concevoir à la fois tous les deux. D’autre part, ces deux attributs épuisent-ils l’essence de la substance ? Il est possible que notre intelligence ne soit pas capable d’en connaître [p043] davantage ; mais notre intelligence finie ne peut pas se faire la mesure de la substance infinie. Précisément parce qu’elle est finie, elle soumet l’essence de la substance à la loi du nombre ; c’est l’impuissance du nombre à représenter jamais l’infini qui la contraint de s’arrêter à un chiffre déterminé, quel qu’il soit.

De même que, l’esprit une fois affranchi de toute autorité extérieure, une seule méthode restait qui fût conforme à cette indépendance, de même cette méthode n’a pu se constituer et s’achever sans entraîner par là même une certaine conception de l’être, sans devenir un système. La liberté de l’esprit a déterminé une méthode ; la méthode détermine un système. L’étude du spinozisme, telle que nous l’avons faite jusqu’ici, aboutit donc à cette formule : la liberté absolue est une détermination, détermination complète et exclusive de toute autre détermination.

Download PDF sample

Rated 4.98 of 5 – based on 24 votes